Calendrier

Sep
23
lun
EXPO | La déforestation en Amazonie brésilienne @ Hall de l’Université Paris Descartes
Sep 23 @ 9 h 00 min – Sep 27 @ 18 h 00 min
EXPO |  La déforestation en Amazonie brésilienne @ Hall de l’Université Paris Descartes

17 panneaux présentant les travaux et recherches de chercheurs issus de différentes disciplines (sociologues, anthropologues, biologistes, zoologistes, philosophes, archéologues, directeurs de musée, historiens, chercheurs en santé publique) seront présentés dans le hall de l’université Paris Descartes.

Exposition internationale pour dialoguer et débattre sur des sujets qui préoccupent les chercheurs dans un contexte politique brésilien favorable à l’agrobusiness qui ouvre l’Amazonie au marché mondial et annonce la disparition de la sociobiodiversité de cette forêt tropicale si importante pour la planète.

Sep
24
mar
Journée d’étude | La déforestation en Amazonie brésilienne et ses impacts environnementaux sur les Peuples des Forêts @ Salle des thèses - 5ème étage - Bâtiment Jacob
Sep 24 @ 9 h 15 min – 12 h 45 min
Journée d’étude  |  La déforestation en  Amazonie brésilienne et ses impacts environnementaux sur  les Peuples des Forêts @ Salle des thèses  - 5ème étage - Bâtiment Jacob

La déforestation en Amazonie brésilienne et ses impacts environnementaux sur les Peuples des Forêts

L ’Université Paris Descartes Faculté de Sciences Humaines et Sociales, le Centre d’Anthropologie Culturelle (CANTHEL) et L’Institut de Recherche sur les Études Culturelles et Environnementales d’Amazonie (IPEASA) et le Musée Aracy Paraguassu – Itaituba Brésil présentent : la déforestation en Amazonie brésilienne et ses impacts environnementaux sur les Peuples des Forêts

Exposition
du 23 au 27 septembre 2019
dans le Hall de l’Université Paris Descartes
45, rue des Saints Pères – 75006 Paris

Journée d’étude
24 septembre 2019 de 09H15 à 12H45
Salle des thèses – 5ème étage
Bâtiment Jacob

 

Présentation

L’Amazonie est une région mondialement célèbre pour la diversité de ses peuples (amérindiens, caboclos, quilombolas, métis, blancs, asiatiques, etc), son économie de survie dans la forêt (madeireiros, seringueiros, agriculteurs, éleveurs, orpailleurs, commerçants, collecteurs de matières premières, pêcheurs, chasseurs, etc.), son riche écosystème et sa biodiversité complexe. Les études scientifiques qui ont émergé de ce biome révèlent l’importance de sa faune, de sa flore, de l’énergie de sa biomasse, la symbiose entre la forêt et les différentes populations ainsi que son potentiel pour la planète.

A l’heure où l’Amazonie fait l’actualité en raison de l’ampleur des incendies qui la frappent, l’Université Paris Descartes, le Centre d’Anthropologie Culturelle (CANTHEL) et l’IPEASA présentent l’exposition « La déforestation en Amazonie brésilienne et ses impacts environnementaux sur les Peuples des Forêts» qui se déroule du 23 au 27 septembre 2019. L’équipe de chercheurs d’Amazonie brésilienne y propose les résultats de ses recherches sur l’impact de la déforestation qui affecte directement les principaux gardiens de ce patrimoine naturel et l’écologie planétaire.

Le premier Colloque International de l’Institut de Recherche sur les Études Culturelles et Environnementales d’Amazonie qui s’est déroulé au Musée Aracy Paraguassu, à Itaituba, dans l’État de Pará au Brésil s’est tenu du 9 au 12 août 2018. Il a réuni plus de 20 Institutions scientifiques nationales et internationales et 600 participants (universitaires, organisations civiles, simples citoyens, enseignants, entreprises, musées, etc.,).

Des chercheurs issus de différentes disciplines (sociologues, anthropologues, biologistes, zoologistes, philosophes, archéologues, directeurs de musée, historiens, chercheurs en santé publique) ont décidé d’aller au-delà d’un colloque en proposant une exposition internationale afin de présenter leurs travaux pour dialoguer et débattre sur des sujets qui les préoccupent dans un contexte politique brésilien favorable à l’agrobusiness qui ouvre l’Amazonie au marché mondial et annonce la disparition de la sociobiodiversité de cette forêt tropicale si importante pour la planète. Appréhender la réalité sur les peuples de la forêt amazonienne du Brésil apparaît comme une nécessité pour bâtir les réflexions, les échanges et les décisions politiques qui s’imposent afin de mieux protéger hommes et forêts.

Sep
26
jeu
JOURNÉES D’ÉTUDE “Les sciences sociales du langage face aux enjeux politiques et économiques contemporains” @ Maison de la recherche
Sep 26 @ 9 h 00 min – Sep 27 @ 19 h 00 min
JOURNÉES D’ÉTUDE  “Les sciences sociales du langage face aux enjeux politiques et économiques contemporains” @ Maison de la recherche

Prenant acte du tournant libéral qu’accusent désormais l’université et la recherche publique en France, ces deux journées d’étude entendent questionner le rôle des sciences sociales du langage au sein du contexte politique et économique actuel dont ce tournant fait partie. Quelles sont les conséquences de cette situation sur les théories et les méthodes que nous construisons pour penser les rapports entre langage et société et sur la production et la diffusion de discours académiques critiques ?
Car on observe qu’une politisation théorique émerge dans les champs de l’analyse du discours et de la sociolinguistique. Par exemple, certains chercheurs souhaitent complexifier la dimension micropolitique des interactions et croisent pour cela sociolinguistique, analyse du discours et sémiotique peircienne. D’autres, face à l’urgence climatique, se posent autrement la question des rapports entre humains et non-humains, en intégrant notamment les apports du tournant ontologique.
Méthodologiquement cette fois, on peut se demander si les statistiques, outils privilégié des discours de vérité et des discours comptables, peuvent servir à l’élaboration d’une pensée critique, et si l’ethnographie, en tant que rencontre avec d’autres sujets parlants et expérience totale marquée par l’imprévu, reste une manière sûre de saisir l’émergence du sens en en éprouvant les effets matériels.
Enfin, pour penser les enjeux politiques et économiques contemporains que constituent, entre autres, la guerre économique, le réchauffement climatique et la montée des néofascismes, les chercheurs critiques en sciences sociales du langage devront sûrement faire feu de tout bois. Mais leurs disciplines sont aujourd’hui cloisonnées tandis que la privatisation de la recherche et de l’enseignement supérieur les invite à questionner autrement les lieux de production et de diffusion de leurs discours.

DÉBAT | 26/09/19 – Le revenu universel: une chance ou un piège pour les femmes ? @ Amphithéâtre Durkheim - escalier I (galerie Claude Bernard),
Sep 26 @ 17 h 00 min – 20 h 00 min

Le débat sur le revenu universel ne date pas d’hier, mais lors des élections présidentielles de 2017, pour une fois, la question du genre s’est invitée. Objet d’une vraie controverse, il est pour certain.e.s l’occasion de porter une revendication féministe, en défendant une vision « non viriliste du travail », là où d’autres y voient des risques accrus en termes d’inégalités sociales et de genre. Cet amphi permettra de discuter des enjeux théoriques et empiriques du revenu universel, dans une approche pluridisciplinaire et avec un regard à l’international.

Oct
1
mar
SÉMINAIRE | 01/10/19 – Séminaire sur les approches postcoloniales (SAP) @ CEPED
Oct 1 @ 17 h 00 min – 19 h 00 min
SÉMINAIRE | 01/10/19 – Séminaire sur les approches postcoloniales (SAP) @ CEPED

Séminaire sur les approches postcoloniales (SAP)

Le premier semestre d’existence du SAP confirme le constat dressé dans sa première présentation : les approches postcoloniales (anti-coloniales, études subalternes, postcoloniales, décoloniales) occupent une place mineure dans l’enseignement et la recherche en sciences sociales en France, alors qu’elles y occupent une place significative dans l’espace international.

Le format régulier de ce séminaire consiste en une présentation d’un travail de recherche achevé ou en cours, suivie d’une discussion. Le séminaire se partage cette année entre le CERI et le CEPED, articulé autour de 4 axes de recherche.

Pour en savoir plus : cliquez ici

  • Axe 1 : Lecture critique de la réception des approches postcoloniales
  • Axe 2 : (Post)colonalisme, impérialisme, et histoire
  • Axe 3 : Approches postcoloniales et activités militantes
  • Axe 4 : Approches postcoloniales et SHS

Responsables scientifiques : Frédéric Ramel et Mina Kleiche-Dray
Comité d’organisation : Ayrton Aubry, Pablo Barnier-Khawam,Léonard Colomba-Petteng, Aline Martello (masterante, EHESS), Adèle Maudeux (masterante, PSIA), Louise Perrodin (doctorante, Université Paris-Est/LIPHA, Ater Sciences Po) et Mathieu Quet (chargé de recherche IRD, HDR, Paris V/Ceped).

Oct
2
mer
Les Entretiens de la Fondation Maison Borel : Arts et Lieux de mémoire @ Musée d’Art et d’Histoire de Neuchâtel
Oct 2 @ 9 h 00 min – 17 h 00 min
Les Entretiens de la Fondation Maison Borel : Arts et Lieux de mémoire @ Musée d’Art et d’Histoire de Neuchâtel

Les Entretiens de la Fondation Maison Borel : Arts et Lieux de mémoire |

Mercredi 2 octobre – 9H/17H | Musée d’Art et d’Histoire de Neuchâtel (Suisse)
Esplanade Léopold Robert 1

Entretiens dirigés par Pierre Nora

Journée coordonnée par Régine Bonnefoit et Octave Debary Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel

Plus d’informations sur le site du CANTHEL – Centre de recherche en ethnologie de la Faculté des Sciences humaines et sociales – Sorbonne

Colloque : La santé à l’épreuve des crises Temporalités, coalescence, alternatives
Oct 2 @ 14 h 07 min – Oct 4 @ 18 h 00 min
Colloque : La santé à l'épreuve des crises  Temporalités, coalescence, alternatives

La santé à l’épreuve des crises
Temporalités, coalescence, alternatives

Colloque organisé par le Cermes3 (cliquez ici pour voir plus d’informations sur Cermes 3)

Les 2, 3 et 4 octobre 2019

Amphithéâtre François Furet, EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris (cliquez ici pour le plan d’accès)

https://crises-cermes3.sciencesconf.org/

Inscription gratuite obligatoire avant le 20 septembre sur le site du colloque

 

Entre contexte, évènement, et notion, la crise, au singulier ou au pluriel, semble tout à la fois caractériser des moments particuliers, des « situations critiques », de rupture et de basculement, déstabilisant des mondes organisés, au point de former comme la toile de fond historique, politique et discursive de nos sociétés actuelles. Si depuis le début des années 1970, les crises économiques se sont succédé à un rythme régulier, impactant plus ou moins les mondes de la santé, celle de 2008 semble avoir marqué un basculement par ses effets ambivalents, provoquant d’un côté et par bien des aspects, une remise en cause des modalités de protection sociale et des systèmes de santé, et apparaissant d’un autre côté, comme un accident de parcours, une « péripétie » dans une histoire qui bégaie. Au-delà du champ économique, depuis une vingtaine d’années, les crises se sont multipliées, dans les faits et les discours : crises sanitaires associées à des virus, touchant les hommes, les animaux ou l’alimentation, crises migratoires, crises humanitaires, crises écologiques et environnementales, crises démocratiques et politiques… Les crises sont ainsi devenues l’alpha et l’oméga des discours « dans un monde incertain » ; leurs fréquence, dispersion, mutabilité et incommensurabilité les rendraient indéchiffrables, autorisant aussi bien des mesures radicales que des réflexes conservatoires, ce qui, dans les deux cas, compromettrait la définition à moyen terme d’orientations ou de modèles organisationnels à performance égale, mais clairement « alternatifs ».

Le Cermes3 a choisi de centrer son nouveau projet quinquennal sur ces enjeux d’articulation entre la « crise » et la « santé », entre « les crises » et « les mondes de la santé ». Le présent colloque participe de ce projet, qui souhaite revisiter le concept polysémique de crise, tel qu’il a été mobilisé et travaillé dans les sciences humaines et sociales, en testant sa pertinence au regard de la santé. Il s’agit, d’une part, de questionner le concept : de s’interroger sur les formes temporelles qui lui sont liées, d’apprécier la manière dont il permet ou non de rendre compte des transformations actuelles, d’examiner le lien entre crise et jugement ou encore entre crise et politique. Il vise d’autre part à explorer la manière dont les diverses crises s’articulent, se rencontrent, se superposent, et produisent, par coalescence, conjonction, distorsion, réitération… des effets tangibles sur les différents mondes de la santé, qu’il s’agisse des politiques publiques, des dispositifs, des acteurs, des patients ou des pratiques sanitaires.

Oct
8
mar
Table ronde sur la télémédecine @ SITE NECKER DE LA FACULTÉ DE MÉDECINE PARIS DESCARTES
Oct 8 @ 17 h 30 min – 19 h 00 min
Table ronde sur la télémédecine @ SITE NECKER DE LA FACULTÉ DE MÉDECINE PARIS DESCARTES

A quoi sert la télémédecine ? Comment cela fonctionne et quel est l’impact sur le quotidien des patients ?

Concrètement, la télémédecine se sert de la technologie pour mettre en relation, à distance, un patient avec des médecins, pour surveiller son état de santé, prescrire des médicaments ou faire un suivi post-thérapeutique… Ce dispositif se développe petit à petit afin de proposer des consultations d’urgence et un suivi médical performant.

Dans ce domaine, la plateforme Qare, invitée de cette table ronde, est pionnière. Elle réunit 50 000 membres et a réalisé plus de 10 000 consultations depuis sa création.

Ce site permet de réaliser des consultations en vidéo avec des médecins, 7 jours sur 7. Au total, une cinquantaine de professionnels, exerçant en France et couvrant une quinzaine de spécialités, sont partenaires de Qare et y consacrent quelques heures par semaine, en plus de leur travail habituel.

 

 

SITE NECKER DE LA FACULTÉ DE MÉDECINE PARIS DESCARTES
160 rue de Vaugirard 75015 Paris

17:30 à 19:00

 ÉVÉNEMENT GRATUIT ET OUVERT A TOUS sur inscription

inscription auprès de :  raphaelle.dalmau@parisdescartes.fr

 

Plus d’informations en cliquant ici

ÉVÈNEMENT | 8/10/19 – le Ceped page à page – Impostures pharmaceutiques
Oct 8 @ 18 h 00 min – 19 h 30 min
ÉVÈNEMENT | 8/10/19 - le Ceped page à page - Impostures pharmaceutiques

Le mardi 8 octobre 2019, à 18h, le Centre Population & Développement (Ceped) et la bibliothèque SHS Descartes CNRS organisent la présentation de l’ouvrage de Mathieu Quet (IRD-Ceped) : “Impostires pharmaceutiques, médicament illicites et lutte pour l’accès à la santé”.

La présentation sera suivie d’un débat avec Nicolas Fortané, sociologue (INRA-IRISSO), et d’un pot.

Entrée libre sans inscription.

Résumé : 

Renforcement des législations, nouveaux accords internationaux, opérations de police, multiplication des saisies : la lutte contre les « faux » médicaments a pris une ampleur inédite. Ces précautions semblent s’imposer : dans les pays les plus riches comme les plus pauvres, l’accès à des médicaments de qualité, contrôlés avec attention, n’est-il pas un droit indiscutable ?

Au fil d’une enquête qui nous conduit des bureaux des firmes multinationales aux pharmacies de village, des rues de Nairobi aux zones industrielles indiennes, Mathieu Quet montre que la bataille contre les faux médicaments fournit à l’industrie le moyen de reprendre le contrôle d’une situation qui lui échappait. Face à la montée en puissance de l’industrie générique et à la croissance des échanges commerciaux entre les pays du Sud, face aux mouvements de patients qui dénoncent les effets de la propriété intellectuelle, et face aux gouvernements des pays les plus pauvres qui ne s’en laissent plus conter, la lutte contre les faux médicaments est la solution trouvée par la Big Pharma pour défendre ses monopoles et ses profits.

Une telle entreprise de sécurisation révèle certaines transformations essentielles du capitalisme, liées à l’évolution des routes marchandes et des formes de circulation, à la reconfiguration des stratégies de profit et des modes de contrôle. Il est grand temps d’étudier le fonctionnement de ce nouveau capitalisme des flux.

248 pages, Les Empêcheurs de penser en rond /La découverte, 2018

https://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Impostures_pharmaceutiques-9782359251418.html

Mathieu Quet : est sociologue à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et inscrit ses recherches au confluent des études de communication et du champ STS. Il a travaillé sur les mouvements de critique des sciences et l’émergence du discours participatif ; il analyse aujourd’hui les politiques de sécurisation pharmaceutique et leur impact sur la circulation des médicaments entre l’Inde et le Kenya.

Nicolas Fortané : est sociologue à L’Institut national de la recherche agronomique (INRA), il travaille sur les politiques publiques de santé animale et la profession vétérinaire. Ces recherches actuelles portent sur la construction du problème public de l’antibiorésistance, les transformations de la médecine vétérinaire rurale, le marché du médicament vétérinaire et le rôle des acteurs agricoles et agroalimentaires dans l’encadrement des usages d’antibiotiques en élevage.

 

Mardi 8 octobre 2019

Bibliothèque SHS Descartes CNRS de l’Université Paris Descartes

Bâtiment Jacob au Rez-de-chaussée

45 rue des Saints Pères 75006 Paris

18:00

Nov
12
mar
RENCONTRE DÉBAT | La communauté portugaise de Montréal. Langue et identité @ Bibliothèque SHS Descartes CNRS
Nov 12 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
RENCONTRE DÉBAT | La communauté portugaise de Montréal. Langue et identité @ Bibliothèque SHS Descartes CNRS

Fabio Scetti présentera son ouvrage intitulé «La communauté portugaise de Montréal. Langue et identité».
La présentation sera suivie d’un débat avec Marie Veniard.

Résumé
Ce travail ethnographique en sociolinguistique a pour objectif d’illustrer la relation qui existe entre la langue, dans ses pratiques et ses représentations, et l’identité au sein de la “communauté portugaise” de Montréal. Considérant le contexte particulier de Montréal, où deux langues, le français et l’anglais, dominent le panorama linguistique, nous avons observé les pratiques langagières quotidiennes des membres de la communauté portugaise et analysé l’influence de ces pratiques sur les représentations identitaires de ces membres. Nous nous sommes concentrés sur le processus d’érosion de la langue dans son parcours de transmission entre les générations, en mettant l’accent sur la relation étroite qui se crée entre les pratiques langagières et les dynamiques identitaires au sein du groupe. Le statut du portugais, véhiculé dans les discours, lui permet de se perpétuer comme valeur fondamentale de la survie de la communauté aujourd’hui, dans le contexte politique et social multiculturel de la métropole québécoise.