Calendrier

Oct
24
jeu
SÉMINAIRE | Tourisme du Sud-est de la France et Tulum @ salle R213 - Bâtiment Jacob
Oct 24 @ 17 h 00 min – 20 h 00 min
SÉMINAIRE | Tourisme du Sud-est de la France et Tulum @ salle R213 - Bâtiment Jacob

L’usage politique du tourisme : du grand récit national aux contre-récits des subalternes

Dès le XIXe siècle, la littérature touristique oscille entre hagiographie nationaliste et usage régionaliste. Ce n’est pas forcément contradictoire, comme l’atteste, après la défaite française de 1870, le rôle du tourisme dans l’édification des « petites patries ». À chaque colonisation interne ou internationale, le tourisme est un outil de « pacification des confins », utilisé pour imposer le groupe dominant et son récit sur les minorités. Ce fut le cas en Indochine avec les stations nommées « petites France », c’est le cas à Shangri-La en Chine pour imposer un autre dalaï-lama. Dans le même temps, des balinais aux zapatistes, de nombreuses minorités liées par un sentiment d’appartenance communautaire, religieux, socioéconomique ou/et par un agenda idéologique, mobilisent le tourisme pour faire entendre leurs récits et leurs revendications. Comme toute arme, le tourisme est utilisé par chaque protagoniste dans un combat qui n’est pas que culturel. Cette saison 15 vise à faire le point sur les usages politiques du tourisme, entre imposition et contestations – identitaires, foncières, historiques ou religieuses.

Ce séminaire est organisé par Saskia Cousin (P5-Canthel), Anne Doquet (IRD-Imaf), Melissa Elbez (EHESS-IRIS) et Sébastien Jacquot (P1-Eirest).

Thématiques  de cette séance :

  • Tourisme dans le Sud-est de la France (Nice et Marseille). Une enquête sur les conflits socio-culturels
  • La nationalisation de Tulum par le tourisme : une histoire occulte mais décisive pour comprendre les rouages politiques locaux (Mexique)

– Alan Sanchez – doctorant en sociologie, Université Rennes 2

 Melissa El Bez – doctorante en anthropologie sociale (EHESS, IRIS)

Séminaire ouvert à toute personne intéressée par la thématique.

SÉMINAIRE | Tourisme Sud-est de la France et Tulum @ salle R213 Bâtiment Jacob
Oct 24 @ 17 h 00 min – 20 h 00 min
SÉMINAIRE | Tourisme Sud-est de la France et Tulum @ salle R213 Bâtiment Jacob

Séminaire tourismes « Recherches, Institutions, Pratiques (TRIP) : Saison 15 ».

L’usage politique du tourisme : du grand récit national aux contre-récits des subalternes

Dès le XIXe siècle, la littérature touristique oscille entre hagiographie nationaliste et usage régionaliste. Ce n’est pas forcément contradictoire, comme l’atteste, après la défaite française de 1870, le rôle du tourisme dans l’édification des « petites patries ». À chaque colonisation interne ou internationale, le tourisme est un outil de « pacification des confins », utilisé pour imposer le groupe dominant et son récit sur les minorités. Ce fut le cas en Indochine avec les stations nommées « petites France », c’est le cas à Shangri-La en Chine pour imposer un autre dalaï-lama. Dans le même temps, des balinais aux zapatistes, de nombreuses minorités liées par un sentiment d’appartenance communautaire, religieux, socioéconomique ou/et par un agenda idéologique, mobilisent le tourisme pour faire entendre leurs récits et leurs revendications. Comme toute arme, le tourisme est utilisé par chaque protagoniste dans un combat qui n’est pas que culturel. Cette saison 15 vise à faire le point sur les usages politiques du tourisme, entre imposition et contestations – identitaires, foncières, historiques ou religieuses.

Ce séminaire est organisé par Saskia Cousin (P5-Canthel), Anne Doquet (IRD-Imaf), Melissa Elbez (EHESS-IRIS) et Sebastien Jacquot (P1-Eirest).

Thématiques  de cette séance :

  • Tourisme dans le Sud-est de la France (Nice et Marseille). Une enquête sur les conflits socio-culturels
  • La nationalisation de Tulum par le tourisme : une histoire occulte mais décisive pour comprendre les rouages politiques locaux (Mexique)

– Alan Sanchez – doctorant en sociologie, Université Rennes 2

 Melissa El Bez – doctorante en anthropologie sociale (EHESS, IRIS)

Séminaire ouvert à toute personne intéressée par la thématique.

Nov
7
jeu
SÉMINAIRE | Agents spirituels, biomédecine et médecines “autochtones” @ salle R213 - Bâtiment Jacob
Nov 7 @ 15 h 45 min – 19 h 45 min
SÉMINAIRE | Agents spirituels, biomédecine et médecines “autochtones” @ salle R213 - Bâtiment Jacob

Séminaire « Santé et Religion » 2019-2020 RECONFIGURATIONS CONTEMPORAINES

Séminaire recherche en anthropologie (5eme édition) organisé par Serena Bindi (Université Paris Descartes/Canthel)

Avec :

  • Ibtissem Ben Dridi (CESSMA) : Monts animés, corps affectés et cures syncrétiques de guérison. Corps à corps entre hommes, femmes et montagnes dans les Andes Centrales d’Équateur.
  • Pierrine Didier (ENTPE / LAET/ LabEx IMU): Entités invisibles et maladies « surnaturelles » : place et perception de la dimension magico-religieuse des soins à Madagascar.

 

Entrée libre

—–

C’est à l’époque moderne que la biomédecine a commencé de s’émanciper du religieux, en ce constituant comme champ de savoirs et de pratiques autonome par rapport à ce dernier. A la suite de la période coloniale et de l’internationalisation des pratiques de santé, ce processus d’autonomisation du domaine médical s’est répandu sur tous les continents, en puissant toutes les pratiques se situant à l’intersection du médical et du religieux — que ce soient les formes de chamanisme et de possession, la médecine ayurvédique, ou d’autres systèmes médicaux— à se confronter à cette division. L’objectif de ce séminaire est d’analyser, à partir d’enquêtes empiriques menées tant en Occident qu’ailleurs dans le monde, les formes multiples d’interactions entre médecine(s) et religion(s), qu’il s’agisse de compétition (conflits, empiètements, rivalités) ; d’articulation (en particulier via des processus d’emprunt, d’imitation ou de bricolage) ; ou de cohabitation (permise notamment par l’établissement de normes et frontières entre les deux domaines).

Lors de cette 5ème édition du séminaire, nous nous proposons de nous intéresser aux rôles que tiennent dans les pratiques de soin, les différentes entités spirituelles — esprits de morts, genius loci, divinités et autres. Tout en ne relevant pas d’un régime de perception ordinaire, ces entités sont souvent conçues comme étant des agents clefs des processus diagnostiques et thérapeutiques. Comment les acteurs — patients comme spécialistes — se représentent-ils ces entités ? Comment sont-elles appréhendées, perçues, vécues ? Comment sont-elles distinguées d’autres agents, tels que les virus ou les épidémies par exemple ? Qu’est-ce la mobilisation de telles entités nous dit des relations entre religions et médecines ? Voici quelques-unes des questions qui seront abordées lors de ce séminaire.

Nov
21
jeu
SÉMINAIRE | Une anthropologie de la naissance entre visible et invisible @ salle R213 - Bâtiment Jacob
Nov 21 @ 13 h 30 min – 19 h 45 min
SÉMINAIRE | Une anthropologie de la naissance entre visible et invisible @ salle R213 - Bâtiment Jacob

Séminaire recherche en anthropologie (5eme édition) organisé par Serena Bindi (Univesité Paris Descartes/Canthel)

Avec :

  • Claudine Gauthier (Université de Bordeaux / IIAC-LAHIC) : Entre politique de la naissance et politique patrimoniale: le Jiyo parsi programme.
  • Lucia Gentile (Université Milano-Bicocca / INALCO Paris): Conceptions divines: savoirs et pratiques féminines du corps reproducteur à Bhuj (Inde du Nord)
  • Rosanna Sestito (Institut des Humanités en médecine de Lausanne/CHL) L’accouchement par césarienne à Yazd entre religion, médecine, mythes et croyances: quelle est la place des femmes ?

Entrée libre

—–

C’est à l’époque moderne que la biomédecine a commencé de s’émanciper du religieux, en ce constituant comme champ de savoirs et de pratiques autonome par rapport à ce dernier. A la suite de la période coloniale et de l’internationalisation des pratiques de santé, ce processus d’autonomisation du domaine médical s’est répandu sur tous les continents, en puissant toutes les pratiques se situant à l’intersection du médical et du religieux — que ce soient les formes de chamanisme et de possession, la médecine ayurvédique, ou d’autres systèmes médicaux— à se confronter à cette division. L’objectif de ce séminaire est d’analyser, à partir d’enquêtes empiriques menées tant en Occident qu’ailleurs dans le monde, les formes multiples d’interactions entre médecine(s) et religion(s), qu’il s’agisse de compétition (conflits, empiètements, rivalités) ; d’articulation (en particulier via des processus d’emprunt, d’imitation ou de bricolage) ; ou de cohabitation (permise notamment par l’établissement de normes et frontières entre les deux domaines).

Lors de cette 5ème édition du séminaire, nous nous proposons de nous intéresser aux rôles que tiennent dans les pratiques de soin, les différentes entités spirituelles — esprits de morts, genius loci, divinités et autres. Tout en ne relevant pas d’un régime de perception ordinaire, ces entités sont souvent conçues comme étant des agents clefs des processus diagnostiques et thérapeutiques. Comment les acteurs — patients comme spécialistes — se représentent-ils ces entités ? Comment sont-elles appréhendées, perçues, vécues ? Comment sont-elles distinguées d’autres agents, tels que les virus ou les épidémies par exemple ? Qu’est-ce la mobilisation de telles entités nous dit des relations entre religions et médecines ? Voici quelques-unes des questions qui seront abordées lors de ce séminaire.

Nov
26
mar
Séminaire général du CANTHEL avec Sandrine Revet @ salle J536, 5ème étage bâtiment Jacob
Nov 26 @ 10 h 30 min – 12 h 30 min
Séminaire général du CANTHEL avec Sandrine Revet @ salle J536, 5ème étage bâtiment Jacob

Séminaire général du Canthel

Nous aurons le grand plaisir d’y accueillir Sandrine Revet, directrice de recherche (Sciences PO – CERI), qui viendra nous présenter ses travaux récents et son dernier ouvrage :« Les coulisses du monde des catastrophes « naturelles ». »

Depuis les années 1970, les catastrophes dites « naturelles » ont été produites en problème international par un ensemble d’institutions, et d’acteurs. Le monde social qui se construit autour de ces catastrophes est composé de nombreux acteurs issus d’horizons divers : secouristes, professionnels des ONG, diplomates, scientifiques… Pour former un « gouvernement international des catastrophes », ils ont dû élaborer des normes, des standards, des outils et un langage commun afin d’harmoniser des façons de faire divergentes voire concurrentes. Sandrine Revet présentera le résultat d’une enquête ethnographique de 7 ans au sein de ce monde des catastrophes. Elle a en a tiré un ouvrage dans lequel elle rend compte de ce travail continu et fait émerger les principales frictions qui l’animent : entre préparation et résilience, prévention et urgence, technologie et pratiques traditionnelles, commandement hiérarchique et organisation horizontale, paradigme aléa-centré et paradigme de la vulnérabilité…